20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 08:13

inthe1920s: Une jeune femme avec une machine à coudre c.  1925.

source de l'image :  The unread librarian

Les années 20 sont

 

une période de croissance

 

phénoménale pour 

 

les Cercles de Fermières,

 

celles qui en entendent parler

 

veulent en faire partie !

 

Au Québec, les années de rationnement occasionné par la Grande Guerre sont terminées.  Il y a de belles avancées techniques fonctionnant à l'électricité dont les femmes peuvent désormais profiter : grille-pain électrique, bouilloire, réfrigérateur, machine à coudre, fer à repasser, sécheuse, laveuse (tordeuse), aspirateur, radio, etc. Le téléphone lui aussi commence à s'installer dans les maisons. N'oublions pas que le Québec est très grand, l'électricité et le téléphone ne se rendent pas partout, même de nos jours, certaines femmes doivent donc continuer d'utiliser de vieilles méthodes mais elles doivent être efficaces et c'est là que le partage de connaissances qu'offrent les CFQ est important !

 

   *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

 

En 1919, seulement quatre ans après la fondation du premier Cercle, un Congrès s'organise qui permet aux Cercles de Fermières de se faire connaître.  Soixante Dix Huit déléguées de partout à travers le Québec se rencontrent,  elles ont préparé un rapport détaillé sur ce qui se fait dans leur Cercle, elles veulent d'autres idées qu'elles pourront adapter à leur Cercle.  Les visiteurs qui viennent voir le Congrès trouvent l'idée excellente, beaucoup reviennent dans leur village en ayant l'idée de fonder un Cercle près de chez eux.  C'est un moyen de se réunir, de partager des idées, des recettes, des façons de faire pour améliorer le quotidien.   C'est aussi une manière de ne plus être seule dans son coin du Québec, de pouvoir faire partie d'une grande association féminine qui prône le progrès.   C'est également au cours de cette année qu'il est décidé de créer le premier périodique officiel des CFQ :  La Bonne Fermière au coût de  0.45 $ pour quatre numéros.

Le Ministère de l'Agriculture joue aussi un très grand rôle dans l'organisation des Cercles puisqu'il offre des cours, des conférences, des techniciennes, des biens matériels, etc., qui vont dans les Cercles et ce, gratuitement.  

 

 

Voici un résumé des réalisations présenté à ce Congrès et qui fut possible grâce à l'implication du Ministère de l'Agriculture.

 

Réalisé par les Fermières Offert par le Ministère de l'Agriculture
  • 12 jardins coopératifs
  • 762 jardins à domicile
  • 104 poulaillers modèles
  • 3,577 poules de races américaines pures
  • 227 ruches du système mobile
  • Culture du lin
  • Élevage de moutons
  • Filage & tissage
  • Réunion mensuelle
  • Exposition localement
  • 116 cours dont les matières ont été l'économie domestique, la cuisine, la couture, l'hygiène, l'aménagement, la puériculture, la comptabilité donnés par des instructrices et des conférenciers.
  • 85 conférences et démonstrations sur l'agriculture féminine (jardinage, aviculture, apiculture, conserve, etc.)
  • 370 couvées d'oeufs pour incubation
  • 9,660 paquets de graines de semence potagère offert par le Ministère de l'Agriculture ont été plantés.

 

Mme Omer Fortin, technicienne en tissage raconte quelques anecdotes qu'elle a vécu dans ces années là :

  • A Fabre, une femme à fait 6 milles (9.65 km) à pied pour venir par un froid très rigoureux.
  • A Latulippe plusieurs familles sont venues en ayant attelé les boeufs ou les chiens.
  • A Guérin, une femme m'a dit que celà faisait trois mois qu'elle n'avait parlé à une autre femme.
  • A Notre-Dame, il y avait 125 personnes qui sont venus assisté au cours malgré un froid de -50 sous zéro et une tempête.

Mme Fortin est assise à gauche

Source de l'image :  Fermières

 

 

Les membres des Cercles de Fermières prennent des initiatives communautaires. Dans certains endroits, elles font installées l'eau courante dans les écoles.  Elles envoient des vêtements et des victuailles à des jeunes mamans en terre de colonisation.  Les femmes s'entraident entre elles mais elles aident les autres aussi.

 

L'Exposition Provinciale de 1922 attirent 170,000 visiteurs en trois jours.  Les journaux de l'époque rapportent qu'il y a plus de 6000 pièces exposées, d'une valeur de $ 42,000.00.   Une cérémonie spéciale est faite pour clôturer l'événement.  Pour l'occasion, on doit hisser sur la Place du Mérite Agricole le drapeau officielle des Cercles de Fermières du Québec.  Ce drapeau, hélas ne servit qu'une seule fois, après l'événement, il fut tiré au sort  et gagné par le Cercle Havre-Aubert des Iles de la Madeleine.  Mme Painchaud le reçu avec émotion et promit qu'il flotterait à la pointe des Iles de la Madeleine. Malheureusement par un jour de grande tempête, le drapeau disparut dans les flots bleus.  La légende veut qu'il se soit volatilisé aux quatres coins du Québec ou le bon grain qu'il a semé a fait naître de nouveaux Cercles.

 

Source de l'image :  Fermières

 

 

On rapporte qu'en 1923, le Ministère de l'Agriculture distribue 14,000 livres de graines de lin pour remettre à l'honneur la toile du pays et, à tour de rôle, les cercles bénéficient de cours pour enseigner à leurs membres les techniques les plus perfectionnées.  Les Cercles sont des écoles populaires.

 

1925 est une grande année :  Son Éminence le cardinal Bégin remet au Cercle de Fermières, la bénédiction apostolique que sa Sainteté le Pape Pix XI leur envoie. C'est une consécration venant de la plus haute autorité religieuse, les membres en sont très touchées.  De plus, des comptoirs de vente d'artisanat apparaissent aussi : à Montréal : chez Goodwin et à la Fédération St-Jean Baptiste ; à Québec: à l'hôpital des enfants. Les grands magasins Dupuis vont aussi offrir un comptoir pour les Fermières deux ans plus tard.  M. Alphonse Désilets, fondateur des Cercles de Fermières publie plusieurs livres pouvant aider les membres.

Source de l'image :  TBCL

 

En une décennie les Cercles de Fermières vont passer de

1,753 membres pour  34 Cercles en 1919

à 7,000 membres pour 111 Cercles en 1927, 

une augmentation phénoménale pour une association

et en plus entièrement féminine !

 

 

Source :

 

Recherche  :  Madeleine Geffard

 

 


Balle - ligne triple

 

Écrivez-moi un commentaire, ça me fait tellement plaisir !

 

Pour voir l'ensemble des projets et des articles,

cliquez sur plan du site
 

 

Vous aimerez peut-être :

 

Au tout début ...

des CFQ

L'aide des Ursulines

Femmes

de 1910 à 1920


Partager cet article

Repost 0
Publié par Cercle de Fermières de Montréal-Nord - dans je me souviens
commenter cet article

commentaires

careli tutolibre 25/03/2015 18:15

un beau mouvement et de belles actions !

Cercle de Fermières de Montréal-Nord 27/03/2015 15:18

Attend, bientôt les curés vont s'en mêler .....
Bisous

Jacqueline 20/03/2015 23:44

Belle leçon d'histoire, une chance que tu es la pour nous la rappelé on ne peut pas dire la meme chose du Provincial.
Les femmes avaient la vie dure dans ce temps la

Cercle de Fermières de Montréal-Nord 23/03/2015 12:12

Je trouve dommage qu'aucun document ne soit fourni par le provincial, c'est très dure faire un article. Trouver des photos peut prendre 3 semaines, on dit au Cercle de partager mais le Provincial ne partage pas ses archives, et c'est lui qui fête son centenaire, je suis convaincu qu'ils ont de nombreuses choses à nous apprendre mais nous ne pourrons jamais les faire connaitre aux gens puisque ça ne nous parvient pas. Si jamais ils font un livre qu'ils vendent pour le centenaire, ça va être trop tard pour les Cercles de diffuser des anecdotes, de l'informations....

Je ne sais pas de quel Cercle tu es, mais j'imagine que ce doit être pareil dans le tien, les informations sont trouvés difficilement !

Merci de me lire,
Amitié,
Madeleine

gateuxrigolo 20/03/2015 21:28

merci j en sais un peut plus bisous

Cercle de Fermières de Montréal-Nord 23/03/2015 12:21

Tout le plaisir est pour moi !
Bisous

Lucie 20/03/2015 18:10

Merci pour toutes ces informations, j'adore votre site, il est tellement plus complet que celui du provincial.

Cercle de Fermières de Montréal-Nord 23/03/2015 12:20

Merci de me le dire, c'est énormément de travail, c'est souvent plus de 2 heures par jours que je met sur les articles. Lorsque je met un projet d'artisanat, je le refais pour mettre le plus de photos possible. Lorsque je met un article comme celui-ci, c'est encore plus long car je dois faire une recherche et comme notre Cercle n'a été fondé qu'en 1972, nous n'avons pas de documents antérieurs à cette date, alors je dois faire une recherche sur internet et il n'y a pratiquement rien !
Amitié
Madeleine

MAMYROSE2 20/03/2015 16:25

j'aime beaucoup ces photos ancienne!!
bon week end!!
bisous
mamyrose

Cercle de Fermières de Montréal-Nord 23/03/2015 12:17

Moi aussi, c'est ce que j'aime le plus.....
Bisous

Claire L. 20/03/2015 15:57

Très intéressant. Merci et félicitations

Cercle de Fermières de Montréal-Nord 23/03/2015 12:17

Ça me fait plaisir,
Bisous

nicole 20/03/2015 15:00

J'aime beaucoup vous lire. à chaque fois, j'en apprends toujours un peu plus. Continuez votre bon travail.

Cercle de Fermières de Montréal-Nord 23/03/2015 12:15

Merci de me le dire, c'est difficile écrire ce genre d'article...
Bisous

Gisèle 20/03/2015 14:31

Wow... on en apprend des choses sur ton site.... très bonne recherchiste.... félicitation Madeleine... toi tu connais ça!

Cercle de Fermières de Montréal-Nord 23/03/2015 12:15

Oui, mais c'est dure, juste faire cette article, ça m'a pris 3 semaines....
Trouver l'information juste sur cette décennie.....
Trouver des photos .....
heureusement Radio-Canada, eux ont eu accès à ces photos et en ont mis sur leur site via le site du film Fermières.....

Bisous

Présentation

  • : Cercle de Fermières de Montréal-Nord
  • Cercle de Fermières de Montréal-Nord
  • : Activité du Cercle de Fermières de Montréal-Nord. Cours, ateliers gratuits, conférences, concours, etc. Publications des CFQ
  • Contact

Recherche