13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 06:51

On s'attendait à un air de Fête, à un rassemblement extraordinaire, à des surprises phénoménales.....   mais du début à la fin, ce fut la déception !

 

D'abord, il faut savoir que 97% des membres de notre Fédération ont été logé à Drummondville, on parle d'une distance de 64 km ou si  préférez une perte de temps de 45 minutes à 1 heure pour se rendre d'un hôtel à l'autre.  Aucun effort n'a été fait pour nous localiser dans les villes avoisinantes....   Nous n'avons même pas été avisé assez vite pour pouvoir faire des démarches personnelles pour nous loger !  

 

On nous avait dit : "Présentez-vous à 11:00 hrs à votre hôtel, avant d'aller au Congrès pour déposer vos valises...." ;  les chambres n'étaient pas prêtes, la responsable de l'hôtel nous a recommandé de revenir à 16:00 hrs.....  ça commence MAL !   Comme on ne peut rien faire, on décide de se rendre au lieu du Congrès... et là aucun stationnement prévu de plus pour les 1000 congressistes attendues.  L'une de nous a dû se stationner derrière le restaurant PACINI, donc risque de remorquage et l'autre dans une rue résidentielle, donc une bonne petite marche et là, aussi risque de remorquage car d'une ville à l'autre les règlements municipaux ne sont pas les mêmes et on ne connait pas ceux de Victoriaville !

 

Au Victorin, on cherche les tables, ou nous pouvons récupérer nos pochettes de congressistes, aucune indication, aucune flèche, pour nous diriger d'un endroit à l'autre.  Nous c'est pas grave, on savait à peu près ou aller puisque le Congrès de l'an passé était au même endroit mais il a fallu en cours de route expliquer à au moins 5 dames (aucune du même Cercle) leur chemin.... On demande nos pochettes et SURPRISE, MAUVAISE SURPRISE je veux dire :  deux parmi nous avait demandé la sacoche, elles ont eu une magnifique sacoche du Centenaire avec énormément de documentation et nous quelques feuilles, quelques dépliants et même pas au complet puisqu'il manquait même le programme du Congrès....  

En plus, au lieu de mettre une corde à nos porte-étiquettes, c'était une corde de raphia, je ne sais pas si vous le savez mais le cou devient vite irrité !  On s'est informé pour nous procurer la sacoche puisque personne n'était au courant qu'elle avait changé cette année et on nous a dit que c'était impossible, le Provincial n'en a fait faire qu'une petite quantité pour approvisionner les commandes.  Si nous l'avions sû, au moment de faire les réservations, nous l'aurions toutes acheté, mais non, pas même à la Fédération, les dames ont été averties..... 

On est encore déçues.... mais on se dit que l'exposition va nous requinquer le moral, on descend la voir.  C'est beau!  Les pièces de concours sont superbes, elles sont bien mises en évidences, 630 poupées nous épient, les démonstratrices sont nombreuses et elles sont contentes de nous expliquer leur savoir-faire. C'est beau.... mais aucun signe du Centenaire, ou sont les ballons ? ou sont les banderoles ? ou sont les affiches avec le chiffre 100  ?  Est-ce un Centenaire ou un autre Congrès semblable à ceux des années précédentes ?

 

Après avoir fait le tour de l'exposition, on se rend à la salle des fournisseurs, bon sang qu'il fait chaud ici, il n'y a pas d'aération.  Les fournisseurs dégoûtent de sueurs, on préfère partir, on se dit qu'on reviendra...    On décide qu'il est l'heure de souper, on ne veut pas déplacer les autos puisqu'on a eu trop de misère à trouver un stationnement... le restaurent de l'hôtel est plein, mais l'une d'entre nous convainc les responsables du bar (de l'autre coté du couloir de l'hôtel) qu'on peut souper à cet endroit.  C'est ce qu'on fait, mais comme c'est un buffet, on doit se promener avec notre assiette dans le couloir....

 

On attend pour se rendre à la Soirée Méritas qui débute à 20:30 et se termine à 22:30.  Les heures non pas été modifié pour la centaine de congressistes qui sont logées à une heure de là donc la plupart d'entre nous n'avons pas attendu la fin.  Et là, ça prend 30 minutes pour se rendre en pleine noirceur sur l'autoroute 20, puis sur la 20, surprise, il y a de la construction sur 2 km avec des cônes, la voie est déviée en contresens et notre sortie est bloquée.... Hop 1 km de plus.....   On arrive à l'hôtel complètement brûlé par cette première journée de fou !

 

Deuxième journée de Congrès.   Faut se lever tôt, tôt, tôt pour avoir la chance d'admirer les courtepointes qui ne sont pas dans l'hôtel mais dans un aréna de Victoriaville.  On trouve l'aréna mais le stationnement est vide, il n'y a pas d'indication qu'il y a une exposition ici.  Finalement, on décide d'aller voir pareil et elles sont bien là. Les courtepointes sont de toutes beautés, quelques unes ne sont pas mis en évidences et ont un mauvais éclairage, c'est malheureux les dames qui les ont réalisé ont travaillé fort !  L'Assemblée se termine à 16:00 hrs, quelques-une décide de retourner se changer à Drummondville, pour elles : pas de cocktail,  puisque le cocktail est servi à 17:30 et ça prend une heure juste pour se rendre à Drummondville.  Pour trois d'entres nous, nous restons à poireauter à l'hôtel, l'une de nous se change dans les toilettes de l'hôtel, imaginez comme c'est agréable !!!! Les deux autres se sont habillés le matin pour ne pas avoir à se changer (30o Celcius, on aurait aimé ça !).... 

 

On se rend encore à l'aréna pour le banquet cette fois-ci, les courtepointes sont encore là mais difficile de les photographier puisqu'il y a trop de monde.  Le cocktail est servi dans un recoin de l'aréna, là encore c'est difficile de s'y rendre et d'en sortir...  Finalement, on peut entrer dans la salle et s'assoir.  Deux vins sont offerts sur les tables avec une étiquette spéciale du centenaire ainsi qu'un verre à pied pour toutes les congressistes avec le logo des CFQ.  Les vins sont malheureusement tournés, imbuvable, heureusement il y a aussi deux bouteilles d'eau sur la table !  Pour l'occasion, deux invités spéciaux sont là :  l'honorable Pierre Duchesne, Lieutenant-Gouverneur du Québec ainsi que Mme Sheila Needham, Présidente de l'ACWW Canada.  Le repas commence, c'est long.  Autour de 10:00, les desserts sont servis, aussitôt après la musique commence et le coin ou est situé la Fédération 13 se vide, on préfère retourner en majorité à l'hôtel puisqu'elle est loin.  Pas de danse pour nous, pas de plaisir !  Le banquet était ordinaire, il n'y avait pas vraiment de surprise pour les congressistes, pas d'animation spéciale, pas de décorations pour un Centième Anniversaire à l'exception des bouteilles de vins et du verre.  Finalement on est arrivé à notre hôtel de Drummondville autour de 23:30 hrs et là on s'est couché, s'en profiter de l'occasion pour se voir puisque nous étions encore brûlé de cette journée de courraillage.

 

Le dimanche, pour celles qui le désirent, il faut se lever encore tôt, tôt, tôt, pour assister à la Célébration de la Parole qui est à 8:00 hrs, c'est important pour quelques'unes d'entre nous ! Pour les autres, la conférence avec Joe Bocan débute à 9:30, certaines d'entre nous arrive en retard, l'hôtel est loin et il faut bien déjeuner !  Certaines sont retourné à Montréal déçu de dépenser de l'essence pour ce Congrès.  La conférence était vraiment bien, Mme Joe Bocan nous a remonté le moral.  Finalement l'Assemblée Générale a repris, des montres pour le Centenaire ont été offerte à quelques personnes, nous ne les avons jamais vu (même pas sur les écrans géants), on ne pouvait pas les acheter non plus. Puis il y a eu les prix de présences, trop peu pour un Centenaire,  le Provincial aurait pu faire tirer des livres des CFQ, des sacoches que seulement quelques unes ont eu....

 

Tout ça pour vous dire que le Congrès du Centenaire était vraiment décevant !

 

Madeleine Geffard

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Cercle de Fermières de Montréal-Nord - dans Communication
commenter cet article

commentaires

Gisèle 20/08/2015 14:13

Merci Madeleine d'avoir pris la peine d'écrire cette lettre en notre nom. Je viens tout juste de la lire car je vais rarement sur mon Hotmail. Elle dit vraiment tout ce que j'en ai pensé. C'est vraiment dommage que ce congrès soit si décevant. Je lis sur Facebook que certaines ont beaucoup aimé sauf qu'elles ne devaient sûrement pas être logées à Drummondville. Nous, Ghislaine et moi sommes revenues à la maison dimanche dans l'avant-midi.
En passant, j'espère que tu vas nous revenir bientôt car je suis certaine que tu manques à plusieurs personnes. Tu étais le soleil de nos journées. Avec toute mon amitié. Gisèle

Présentation

  • : Cercle de Fermières de Montréal-Nord
  • Cercle de Fermières de Montréal-Nord
  • : Activité du Cercle de Fermières de Montréal-Nord. Cours, ateliers gratuits, conférences, concours, etc. Publications des CFQ
  • Contact

Recherche